Premier défilé LGBT à New Delhi depuis la dépénalisation de l'homosexualité

Premier défilé LGBT à New Delhi depuis la dépénalisation de l'homosexualité

SOCIETE - C'est une nouvelle victoire pour la communauté LGBT indienne. Des milliers de personnes brandissant des drapeaux arc-en-ciel ont participé dimanche à  New Delhi à la première marche des fiertés organisée depuis la dépénalisation de l'homosexualité en Inde, ordonnée en septembre par la Cour suprême.

Aux cris de « Nous avons gagné notre liberté », les participants ont défilé dans la capitale indienne, portant des pancartes où était écrit « L’amour gagne » ou « Adieu 377 », référence à l’ancien article du code pénal datant de l’époque coloniale britannique condamnant les relations sexuelles entre personnes de même sexe. Cet article de loi avait été jugé illégal en septembre par la Cour suprême, plus haute instance judiciaire de ce pays de 1,25 milliard d’habitants.

Un sentiment de libération

Selon les organisateurs, cette manifestation était la plus importante depuis le début des Gay Prides en 2007. « C’est la première fois que nous ne défilons pas comme des criminels », témoignait l’une des organisatrices, nommée Deepti. « Les gens défilent librement, sans poids ».

L’article 377, introduit par le colonisateur britannique en 1861, prévoyait des peines allant jusqu’à dix ans de prison pour homosexualité. Cependant les poursuites étaient rarissimes et les juges ont estimé que la disposition pénale concernée « était devenue une arme de harcèlement contre la communauté LGBT ».

« Ce défilé n’est que bonheur, bonheur et bonheur »

La dépénalisation de l’homosexualité avait été prononcée une première fois en Inde en 2009 par la Haute Cour de Delhi, mais cette décision avait été cassée en 2013 par la Cour suprême pour des raisons de procédure. « Ce défilé n’est que bonheur, bonheur et bonheur », confiait un participant, Deepanshu Goswami.

En dépit de cette évolution, la communauté homosexuelle est toujours stigmatisée en Inde dans les secteurs les plus traditionnels de la société. « Il faudra plus d’une génération pour que la société accepte. Mais la peur a disparu. A présent, je profite de la vie comme un citoyen libre », a témoigné Deepanshu Goswami.

Source : WWW.20MINUTES.FR